Les Vieux

Au soir de la vie apparaît la vieillesse, sujet remisé dans les oubliettes de la mémoire collective, où cette société narcissique ne peut accepter le temps figé d’une jeunesse illusoire et surtout éphémère. Inutile de se révolter contre le temps qui passe. Dans une vision d’éternité, il n’y ni passé, ni présent, ni avenir.

Passager d’un vaisseau fantôme, celui qui est devenu vieux, souvent trompé par une illusion de ses sens, s’imagine tel le fugitif du train fantôme, que ce sont les abords des voies qui bougent, et non pas eux-mêmes.

Ceux qui marchent cependant, ce sont les hommes et les choses qui les entourent, mais le temps reste immobile.

Selon Albert Camus “il y a un temps pour vivre et un temps pour témoigner de vivre” (Noces).

Alors, allons à la rencontre de ces illustrations joyeusement iconoclastes…