Miroir d'Orient

Observateur et témoin de son époque, le peintre reçoit des impressions, des émotions, qu’il restitue au moyen de son écriture privilégiée. Bien que rien ne le rattache à cette région du monde, les conflits perpétuels, les drames engendrés sans vergogne l’interpellent.
Il reste toutefois une lueur d’espoir à l’horizon des savoirs: la culture ouvre des perspectives insoupçonnables sur la connaissance de soi et des autres, abolit les frontières entre les êtres, transcende les conduites vers plus de sensibilité, de sens critique sur les idées et sur le monde.
Songe ou future réalité, le crible du temps apportera la réponse, alors que le peintre essaye d’exorciser le mal en brisant des images démoniaques par le baume de la dérision et l’expression iconoclaste